L’hospitalisation à domicile

Comme son nom l’indique, l’hospitalisation à domicile (HAD) est une hospitalisation à part entière – avec continuité des soins 24heures/24 – qui se situe au domicile du patient ou dans les EHPA(D), les établissements d’hébergement pour les personnes âgées (dépendantes).

Définition

Selon le décret du 2 octobre 1992, « Les structures d'hospitalisation à domicile permettent d'assurer au domicile du malade, pour une période limitée mais révisable en fonction de l'évolution de son état de santé, des soins médicaux et paramédicaux continus et nécessairement coordonnés. Les soins en HAD se différencient de ceux habituellement dispensés à domicile par la complexité et la fréquence des actes ». La circulaire du 30 mai 2000 précise : « L'HAD concerne les malades, quel que soit leur âge, atteints de pathologies graves aiguës ou chroniques, évolutives et/ou instables qui, en l'absence d'un tel service, seraient hospitalisés en établissement de santé ». L’HAD permet que les patients soient moins souvent ré-hospitalisés tout en bénéficiant de thérapeutiques non accessibles en ville. L’HAD n’est ni un maintien à domicile, ni une forme de services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) mais s’inscrit dans un processus de soins gradés. Les autres activités citées n’ont en effet pas le statut d’établissement de santé et ne peuvent pas, de ce fait, recevoir des malades aussi lourdement atteint que les établissements de HAD. Comme pour les établissements hospitaliers avec hébergement, les HAD sont soumis à :

  • L’autorisation d’activités délivrée par l’Etat après remise d’un dossier complet;
  • La certification délivrée par la Haute autorité de santé (HAS) qui garantit la qualité de la prise en charge des malades;
  • La lutte contre les maladies nosocomiales, etc.

Le déroulement d'une HAD

Admission

Réalisable uniquement avec le consentement du patient et/ou de sa famille, l’admission relève obligatoirement d’une prescription médicale. Les demandes d’admission entraînent une évaluation médicale, paramédicale et sociale avec visite de l’infirmière coordinatrice éventuellement aidée par l’assistante sociale au domicile. L’admission est prononcée après avis du médecin coordinateur, du cadre de soins et du médecin traitant. Le service d’HAD se charge des formalités administratives admission et de prolongation auprès de la caisse d’assurance maladie.

Les soins

Un projet thérapeutique est élaboré et validé par le médecin traitant, le médecin coordinateur et l’équipe soignante HAD et libérale le cas échéant. L’HAD permet de faire des soins ponctuels parfois itératifs comme des chimiothérapies, de la surveillance infectieuse, de l’immunothérapie. Elle permet aussi des soins continus concernant des pathologies évolutives. Citons la nutrition entérale, les pansements complexes (escarres...), les perfusions, le traitement contre la douleur... Une pièce au domicile du patient est dédiée à l’HAD. Pour cela, le service logistique de l’établissement d’HAD procède à l’aménagement nécessaire. Les soins délivrés sont certes médicaux mais ils peuvent être aussi paramédicaux (kinésithérapie) et ils peuvent être accompagnés d’une prise en charge psychologique et sociale du patient et de ses proches. Le rôle de la famille est bien sûr primordial mais l’absence de famille n’est cependant pas un obstacle à une prise en charge en HAD si l’environnement (voisins, aides ménagères...) apporte de l’aide.

Où s'informer ?

Fédération nationale des établissements d’hospitalisation à domicile (FNEHAD)
La FNEHAD, fédération représentant l’HAD qui regroupe des établissements publics et privés (lucratifs et associatifs).
http ://www.fnehad.fr/

Fédération hospitalière de France (FHF)
http://www.fhf.fr

Les commentaires sont fermés.